Managers : pour embarquer votre équipe, râlez.

« Si tu veux les convaincre et leur donner envie, sois toujours positif et garde le sourire, c’est la recette du succès »

Je ne sais pas pour vous mais cette recette m’a toujours semblé un peu suspecte. Quand on nous annonce une mauvaise nouvelle au travail, rester positif et garder le sourire alors qu’on ressent de la tristesse ou de la colère me paraît aussi difficile que contre productif. Il faudrait donc faire semblant pour embarquer son équipe. Est ce à dire qu’un bon manager est enthousiaste 100% du temps ?

Le mythe des émotions sur commande

Ce qui assez étonnant c’est de penser que les états émotionnels se décrètent : « sois heureux, souris, arrête d’être triste ». Qui peut croire qu’il suffit de souhaiter une émotion pour la ressentir instantanément ?

C’est oublier que l’émotion est la conséquence d’une perception : j’ai peur parce qu’on m’a annoncé une réorganisation, je suis heureux parce qu’on m’a félicité pour mon travail. Demander à quelqu’un de se montrer enthousiaste alors qu’il a des doutes, c’est le forcer à mentir. C’est imposer un « surface acting » particulièrement nocif pour la santé, une dissonance émotionnelle (l’opposition entre ce que je ressens et ce que j’exprime). Imposer à un manager de feindre la conviction revient à ne pas le respecter. C’est le priver de reconnaissance existentielle : celle qui le considère comme un être humain, pas juste comme un passe-plat.

A chaque fois qu’on demande au manager d’être positif et souriant pour faire passer des messages auxquels il ne croit pas on fait preuve de maltraitance envers lui car on néglige son humanité.

Qui sème la Méfiance récolte la Défiance

Au delà des conséquences sur vous, que croyez vous que les membres de votre équipe se disent lorsqu’ils vous voient faire semblant d’être enthousiaste devant un énième plan d’économie ? Ils ne sont pas dupes et la peine qu’ils peuvent avoir pour vous égale rarement la méfiance qui s’insinue dans votre relation. Gagner l’adhésion de votre équipe en falsifiant vos émotions revient à commettre un abus de confiance. Il ne suffit pas de sourire pour être crédible quand on relaie des messages difficiles, encore faut il en avoir envie. En acceptant de faire le contraire vous montrez à votre équipe qu’exprimer ses craintes n’est pas autorisé et qu’ils ne méritent pas votre sincérité. Vous créez un no man’s land de la confiance, stérile et malsain alors que vous auriez pu ouvrir un espace d’échanges fertiles et sains, propice à la création de solutions collectives.

Un manager honnête et responsable exprime ses doutes lorsqu’il en a. Il sait que le déni des peurs les accroit plus qu’il ne les apaise. Il s’autorise alors à râler de temps à autres, à partager son insatisfaction et ses craintes. D’abord pour lui parce que c’est bon pour sa santé et pour être en adéquation avec ses valeurs et ensuite par respect pour son équipe. Il est alors perçu comme un manager humain qui accueille les émotions négatives parce qu’il a conscience qu’elles font aussi partie de la vie. Il a compris que ceux qui voient plus de faiblesse que de courage dans l’expression des émotions négatives en disent plus sur eux mêmes qu’ils ne l’imaginent. Il est devenu plus inspirant parce que devant les difficultés, il conserve ce qui fait son humanité.

 

Retrouvez-moi sur LinkedIn ou Twitter !

 

Adrien Chignard
Adrien Chignard

Psychologue du travail - Conseil en prévention des RPS & promotion de la QVT, Fondateur de SENS & COHERENCE

This entry has 0 replies

Comments open

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Reçois nos articles & interviews !

Rejoins la communauté The Shared Brain et reçois nos tips & tricks pour entrepreneurs !